voir

Le site d'entraide généalogie en Dordogne . Association "Amicale Genea24 ". Challenge AZ 2017

Des gens : Antoine de TOUNENS

Par Nicole SARREAU.

Antoine est né le 12 mai 1825 à La Chaise, commune de Chourgnac (Dordogne).
Il est issu d’une famille de 9 enfants (5 garçons et 4 filles) dernier fils et huitième de la fratrie,
de Jean Tounens (1781-1862) et de Catherine Jardon (+ 1873).

acte
source ad 24

L’aisance de cette famille de paysans lui permet de faire des études, d’obtenir le baccalauréat et d’acheter une charge d’avoué à Périgueux. Son père obtient d’un jugement de la cour impériale de Bordeaux en 1857 l’autorisation de rectifier son nom en « Tounens » et d’y ajouter une particule pour être désormais « de Tounens ». Antoine vend sa charge d’avoué en 1857 et la famille contracte un emprunt de 25 000 francs au Crédit Foncier de France en vue d’une d’expédition projetée par son fils. Il est aussi reçu dans la franc-maçonnerie à la loge de Périgueux « Les Amis Persévérants et l’Etoile de Vésone » qu’il quitte pourtant dès 1857, ce qui ne l’empêchera pas d’écrire des lettres à ses frères maçons pour demander de l’aide dans ses expéditions.

antoine

Il débarque à Coquimbo au Chili, à 400 Km de Santiago, le 28 août 1858. Il rejoint la province d’Arauco en 1860 et le 17 novembre y promulgue une constitution.
17A01.png 17A02.png

Il prend alors le nom d’Orllie-Antoine 1er ou Orélie-Antoine 1er et est proclamé roi d’Araucanie et de Patagonie le 20 novembre 1860 et revendique l’extension de son royaume au-delà des Andes, de l’Atlantique au détroit de Magellan.

Il s’appuie sur les tribus locales, qui lui resteront fidèles ensuite, mais le 5 janvier 1862, il est fait prisonnier par les troupes chiliennes et condamné à l’internement dans un asile de fous. L’intervention du Consul Général de France lui permet de retourner en France et le 28 octobre il embarque à Valparaiso sur le Duguay-Trouin. Pendant la période 1860-1862, le royaume d’Araucanie et de Patagonie a eu une existence effective, mais les ministres Lachaise et Desfontaines qui signent en bas des actes royaux n’existent pas. Le nom du premier vient de La Chaise où naquit Antoine et celui du second à Les Fontaine, un hameau mitoyen.

On trouve la trace d’une souscription organisée en sa faveur, notamment à Bordeaux, à partir de 1866 ; elle lui permettra de monter une seconde expédition en 1869. Il reviendra en France et lancera une nouvelle expédition en 1874.

Cette fois, il est immédiatement arrêté, emprisonné puis libéré sur l’intervention de l’ambassade de France. Sa dernière tentative échoue en 1876. Revenu malade, il se retire chez son neveu Jean dit Adrien (1844-1889), boucher à Tourtoirac. Il y meurt le 19 septembre 1878 à 53 ans après de longues souffrances sans alliance ni descendance et est enterré dans le cimetière de Tourtoirac. Il reste un doute pour dire si ses dernières volontés ont été de désigner Achille Laviarde pour lui succéder à la tête de son royaume. Sa famille préfère travailler au rétablissement d’une situation financière bien compromise.

roi

Le neveu, Adrien Jean de Thounens, devenu l’héritier à la mort de son père Jean (1805-1881), frère d’Antoine, renonce en 1882 en faveur de Laviarde, qui se fait appeler « Achille 1er ». Mais les enfants d’Adrien Jean s’appelleront simplement « Thounens ».


cimmetiere

   precedent
Courriel
Contenu du site libre de droit SAUF dans le cadre d'une utilisation commerciale .
/Copyright © genea24.fr 2016 / Mise jour du 01 juin 2017.