banniere

Le site d'entraide généalogie en Dordogne . Association "Amicale GENEA24"

La recherche aux Archives Départementales
de la Dordogne (24)

Site : http://archives.cg24.fr/

98% des actes en ligne , en attendant le reliquat la fin du premier trimestre 2012.


Les Archives departementales de la Dordogne par cgdordogne

Préambule : Les actes d’état civil n'était communicables qu’au bout de 100 ans (loi du 3 janvier 1979). et maintenant dés 75 ans pour les actes de naissances et mariages, sans limitation pour les décés depuis la loi de Juillet 2008.

Les AD 24 détiennent les registres paroissiaux et d’état civil jusqu’en 1902 .Pour consulter les registres plus récent il faut s’adresser en mairie.

1- Les registres paroissiaux d’état civil


On distingue trois catégories ou collections de registres 

les tables décennales cotées « TD », regroupent par ordre alphabétique de patronymes, les dates de naissance, mariage, décès des personnes, pour chaque commune d’un même canton, sur une période de 10 ans. Elles sont très utiles quand on ne connaît la date ni lieu. Depuis 1802.

La collection communale,côté « E DEP » c'est-à-dire celle tenue à la paroisse ou en mairie ; elle est classée par commune et s’arrête vers 1830 en général en fonction des dépôts.

La collection départementale côté « 5 E ».

Tous ces renseignements sont notés dans des répertoires mis à disposition des lecteurs sur de pupitres centraux en salle de lecture.
Nombre de registres ont fait l’objet d’un micro filmage et peuvent être consultés sur lecteur de micro film. Ils ont la côte »MI ».
La mise des données d’état civil sur le web devrait être effective sous 4 ans.

2- Les sources complémentaires à la recherche généalogique .
Pour la période de l’ancien régime :
*Dans la série « B »
( fonds judiciaires)on peut trouver des documents tels que procès, actes de vente, contrats de mariage, testaments…vous reporter au répertoire de la série B qui offre l’avantage d’avoir un index aux noms de personnes, de lieu ( tome 1 et 2) et mot matière ( tome 2 seulement).Dans cette série se trouve une partie des insinuations, c'est-à-dire l’enregistrement des actes, d’autres registres étant classés en « série 2 C ».
*Dans la série 4 E se trouvent les rôles des tailles et autres impositions payées par nos ancêtres. Ces documents peuvent être utiles pour connaître leurs niveaux de vie, leurs métiers.
*Dans la série I se trouvent les abjurations des protestants.

Pour la période « moderne » (1800-1940) plusieurs sources sont possibles

* La série M (administration préfectorale contient les recensements des populations (sous série 6 M). Le recensement se présente sous la forme de gros registres indiquant la composition des familles à une date et pour une commune donnée.

Ces documents viennent d’être microfilmés sont consultables sous la côte 6 Mi.

A noter également les listes électorales (3M) ainsi que les dossiers de médailles ( 1 M).

* La série R regroupe tous les documents ayant trait à l’armée. Ainsi les registres matricules (sous série 2R) apportent de précieux renseignements sur un ancêtre masculin (état civil, descriptif physique, niveau d’instruction, campagnes militaires effectuées…). On effectue la recherche à partir de l’année de naissance + 20 ans.
Attention : Pour consulter les registres de moins de 100 ans, vous devez remplir un formulaire d’engagement sur l’honneur disponible auprès des présidents de salle.

 Autres séries  *La série « E » regroupe :

Les registres paroissiaux et d’état civil « 5 E »

Les répertoires et minutes du notaire (3 E). Pour connaître la cote précise d’un acte il faut connaître le nom du notaire et commencer la recherche dans le fichier des notaires (ordre alphabétique) qui vous renverra à la nomenclature détaillée de cette sous série.

Des documents familiaux d’origine privée entrés avant 1944 (2 E) ; répertoire numérique pourvu d’un index.

* La série J fait suite à la sous série «  2E ». Pour consulter les répertoires correspondants il faudra dans un premier temps, vous reporter au fichier de la série (fiches établies aux noms de lieux et de personnes.)

Cas particuliers

Si pour la période moderne (1800-1940) vous cherchez :  
*Un enfant abandonné : voir la « sous série 3X » (registres matricules des enfants présentés à l’hospice de Périgueux, puis la série U (jugements civils, à l’année de naisssance et au tribunal dont dépendait la commune où l’enfant a été découvert.
*Un étranger, un réfugié « sous séries 1M et 4 M (préfecture) » et la « sous série 3 X social »
*un condamné : si vous connaissez une date, série E (jugements), « séries-Y » (établissements pénitentiaires).
*Un juge, un avocat, un notaire, un greffier : « sous série » 1 U (tribunaux).
*Un instituteur, un professeur, un inspecteur primaire : «  série T »
*Un personnel communal (secrétaire, cantonnier) : « séries O » (administration communale) ou «  E Dépôt) » au nom de la commune qui l’employait.

A noter : certains dossiers de fonctionnaires supérieurs sont conservés aux Archives nationales ainsi que les dossiers de la légion d’honneur, dont la liste peut être consultée sur MIMITEL 3615 JOCONDE- base LEONARD.

Pour les agriculteurs la série M ne vous offrira que de statistiques. Néanmoins pour connaître la situation de la commune où ils vivaient aux environs de 1835, il est conseillé de consulter l’enquête de Cyprien Brard conservée dans la sous série « 6M » et dont les résultats ont fait l’objet d’une publication des archives (La Dordogne de Cyprien Brard, études et documents tomes 1 et 2par Michel Combet et Anne Marie Moretti, ouvrages disponibles en salle et en vente à l’accueil.


Jean - Louis  Filet  / Copyrignt genea24.com 2010 /  03/02/2012